La_République_du_Centre_logo2

3ZA dans la république du Centre : La technopole d’Orléans dresse le bilan de son accompagnement renforcé destiné aux start-up

Article initialement paru dans la république du Centre

Pilote d’un nouveau dispositif pour accélérer la croissance des start-up, la technopole d’Orléans présente les premiers effets du programme.

La technopole d’Orléans dresse le bilan de son accompagnement renforcé destiné aux start-up

 

Après huit mois d’accompagnement intensif, de consultations externes, de participation à divers ateliers, mardi soir, au Lab’O d’Orléans, c’était l’heure du bilan pour les six start-up du Loiret qui composaient cette première promotion du dispositif Saxo45.

Caressea, Géonomie, G-Keep, 3ZA Intech, Impact et InfinyFit ont été sélectionnés l’automne dernier par Orléans-Val de Loire Technopole (OVLT) qui porte ce projet pilote. « On sait, qu’avec la nouvelle économie, le timing est important. Et c’était également important de voir si ce délai de huit mois allait permettre aux start-up d’accélérer leur développement », explique Frédéric Ros, directeur de l’OVLT.

Des formations avec des consultants spécialisés

Au cours de cette période, les six jeunes pousses ont ainsi participé à sept formations-actions, animées par des consultants spécialisés, suivi un rendez-vous par mois avec Anne Vilieu et Izabela Sandu – respectivement chef de projet création d’entreprise innovante et chargée d’affaires innovation entreprise à l’OVLT – et pris part à deux séances de pitch. Ce programme intensif pouvait également être complété avec des ateliers proposés par la cellule opérationnelle du Lab’O.

Du point de vue des start-up, qui payent leur inscription au programme, le bilan de l’opération est très positif. « Saxo nous a permis d’aller beaucoup plus vite. Les échanges, que nous avons eus avec les professionnels, nous ont confortés dans notre stratégie. En même temps, nous nous sommes rendu compte que nous avions besoin de travailler sur le volet management », détaille Mathieu Proux, co-fondateur de G-Keep. Créée en avril 2013, la start-up qui a développé une solution de gestion de carburant effectue, actuellement, une levée de fonds et la commercialisation du boîtier connecté est prévue pour la fin de l’année.

Attirer des talents

Pour Sébastien Fauconnier, de Caressea, le programme a donné de la consistance à son projet en pointant les faiblesses. « Le dispositif a eu un effet loupe sur tout ce qui n’allait pas dans mon concept. Et ces échecs, j’ai pu les transformer en positif », explique-t-il, soulignant, en exemple, l’importance des conseils apportés par les services de Nekoé ou du FabLab Orléans.

La start-up 3ZA Intech a, elle, décidé de recentrer sa solution de prévention des risques pour le milieu de l’agroalimentaire au cours de son accompagnement. La récente signature avec un apporteur d’affaires va d’ailleurs permettre à la société d’accélérer le processus et de se lancer à l’international.

Si elles ne sont pas toutes arrivées au même niveau de maturation, toutes les start-up louent les avantages apportés par le dispositif. Mais pour l’OVLT, Saxo45 présente aussi un autre aspect positif. « Ce dispositif est un moyen pour nous d’être attractif et d’attirer de nouveaux talents qui ne sont pas dans notre écosystème », conclut Frédéric Ros.

Les inscriptions à la deuxième promotion du programme Saxo45 vont se dérouler du 17 juillet au 13 octobre sur le site internet www.saxo45.fr (mis en ligne le 17 juillet). Seules les start-up du Loiret avec un projet innovant et de moins de cinq ans peuvent intégrer le dispositif. Le comité de sélection aura lieu en octobre pour un début d’accompagnement prévu en novembre 2017. Le programme Saxo45 peut encadrer, au maximum, huit start-up. Le coût de l’inscription, qui était exceptionnellement de 200 à 250 € cette année, va être revu à la hausse. « Mais il restera abordable », assure Izabela Sandu. Forte de cette première expérience, l’équipe de l’OVLT va apporter quelques petits changements au programme.

Laetitia Roussel